,

Guide complet pour acheter un van, un 4×4 ou un break en Australie

Temp de lecture approximatif : 26 minutes et 39 secondes

Voilà le guide complet pour acheter un van, un 4×4 ou un break en Australie.
Quel type de véhicule faut-il choisir ? Comment chercher, où chercher et quand acheter ? Les éléments mécaniques à inspecter absolument et comment t’y prendre (avec une liste téléchargeable), quelques conseils et bons plans à garder en tête (la rego, les amendes impayées, le modèle à préférer…), une liste de vocabulaire mécanique…
Bref, tout ce qu’il faut pour reussir cette étape importante de ton Working holiday visa en Australie !


Pour s’y retrouver plus facilement, on commence par un sommaire.

Table des matières

 

Introduction :

Le marché des véhicules d’occasion pour backpacker en Australie

Avant d’aller plus loin, sache que la vente des vans, 4×4 ou breaks aménagés pour globe-trotter est un marché parallèle, cher, surévalué et rempli d’arnaques !

Un ami australien a failli s’étrangler quand on lui a dit le prix d’achat de notre campervan ! Et pourtant, on avait fait une bonne affaire.
Soit, on achète à un Australien, soit, on fait avec. Mais, surtout, ne l’oublie pas lorsque tu regardes les petites annonces et reste sur tes gardes…

Suis-je légitime pour écrire ce guide ?

Je te le dis directement, je ne suis pas mécanicien. Mais, j’ai eu plusieurs voitures d’occasion, en Europe, de bonnes et de moins bonnes et j’ai beaucoup vécu sur la route.
Pendant 5 ans, j’ai vécu dans ma Volkswagen Golf, le week-end et durant mes vacances.
J’ai ensuite acheté et aménagé mon van, qui est vite devenu ma résidence secondaire.
J’ai voyagé dans toute l’Europe avec, mais j’ai aussi travaillé (on peut vivre dans un van, bien manger et sentir bon ;-)).
Par la suite, avec Émilie, nous avons acheté un van en Australie, on l’a (ré) aménagé et il a été notre résidence principale pendant nos deux ans de working holiday visa.
C’est un sujet qui m’intéresse particulièrement, c’est la raison pour laquelle je partage avec toi mes idées, expériences, erreurs et multiples conseils glanés au fur et à mesure de toutes mes aventures.

Bonne lecture ! Surtout, laisse-nous tes remarques pour qu’on continue à améliorer ce guide !

1. Quel véhicule choisir pour un road trip en Australie ?

Le van aménagé, le break et le 4×4 sont les véhicules les plus populaires chez les globe-trotters en working holiday visa en Australie.
Mais, quels sont leurs particularités, avantages et inconvénients ?
Vivre dans un camion aménagé en Australie, fait rêver plus d’un backpacker, mais cette liberté sur la route impose des contraintes que tout le monde ne supporte pas…
Autant mettre le plus de chance de ton côté pour que tu profites au mieux de ton voyage en Australie.

un 4x4 qui traverse la riviere en AustralieD’abord, il faut savoir qu’en Australie, il y a beaucoup de route non bitumée et de pistes rocailleuses.
Il y a une multitude de parcs nationaux et de routes panoramiques qui ne sont accessibles qu’en 4×4. La Gibb river road, la Ducan Road, le parc François Perron, la piste Odnadatta, le parc de Kakadu ou le désert Simpson… sont quelques exemples.

En fonction des conditions climatiques et de l’état de la route, il est possible d’emprunter certaines de ces pistes avec tous types de véhicules, mais c’est parfois très risqué, déconseillé ou carrément impossible.
C’est un facteur à prendre en compte dans ton choix !

– Le van aménagé, le mythe du road trip en Australie

Acheter un van pour un road trip en Australie ?Un van aménagé, c’est un camping-car fait maison. Il est spacieux et plus ou moins de confortable en fonction des aménagements.
Un van est fait pour rouler sur les routes bitumées. C’est le véhicule idéal pour la côte est.
Sur la côte ouest, par contre, tu ne pourras pas accéder à certains par nationaux (e.a. Kakadu, François Perron ou Purnululu).
Il est malgré tout possible de te joindre à un tour organisé ou de louer un 4×4 si tu voulais vraiment t’y promener…

Avantages d’un van en Australie :

l'interieur d'un van amenage

  • Le confort, le confort et le confort !
    Bien aménagé, c’est une mini-maison. Il y a de la place et un vrai lit.
    Certains ont même la télévision ou des cuisines de rêves avec plaques de cuisson, réfrigérateur, évier et micro-ondes…
Inconvénients d’un van aménagé en Australie :
  • Tu n’auras pas accès à certaines pistes australiennes.
  • La consommation est supérieure à une voiture classique (9-10 litres/100 km, c’est en roulant à 80-90 km/h ! En ville ou plus rapide, tu consommeras 13-14 litres/100 km.)
  • Beaucoup sont vieux, usés et pas toujours bien entretenus,
  • C’est le véhicule de globe-trotter par excellence et donc tu es en plein dans le marché parallèle surévalué dont je t’ai parlé dans l’introduction…

Le break, l’alternative au campervan

Acheter un 4x4 pour un road trip en Australie ? C’est une alternative économique au van (pour l’achat et la consommation) avec un style de vie plus rudimentaire. Si tu es seul, c’est vraiment bien, si vous êtes deux, vous risquez d’être un peu à l’étroit.
Comme le van, le break est aussi construit pour rouler sur le bitume.

Avantages d’un break en Australie :
  • Économique : tant pour la consommation, l’achat et l’aménagement.
  • Facile à aménager : quelques boites de rangements, un matelas et c’est parti !
  • Discret avec des vitres teintées : c’est plus facile pour dormir en ville et dans les quartiers calmes.
  • Plus de probabilités de l’acheter à un Australien puisque c’est normalement une voiture familiale. C’est une chance de plus que la voiture soit en bon état…
Inconvénients d’un break en Australie :

un lit dans un break

  • Le peu d’espace : dans un van, tu as 4 m2, dans un break, encore moins.
    Seul, il faut être bien organisé, à deux, vous vivrez tout le temps dehors.
  • Tu n’auras pas accès à certaines pistes australiennes.
tente de toit sur un break en Australie
Une autre alternative :
pour un road trip plus (ou moins) court, pourquoi ne pas envisager aussi une petite voiture citadine avec une tente, ou même une tente de toit ?
C’est d’ailleurs une solution que proposent plusieurs agences de location. Abaisse les sièges pour mettre tes affaires, cuisine dans le coffre et c’est parti !
J’ai souvent dormi à l’arrière de ma Golf et j’y ai passé de très bons moments malgré le peu de place…

Le 4×4, l’indispensable pour visiter l’outback australien

Avantage d'un 4x4 pour un road trip en Australie ?C’est le véhicule pour profiter pleinement et confortablement des coins reculés du bush australien et des espaces sauvages, ou encore pour dormir sur la plage. C’est aussi le véhicule idéal pour la côte ouest. Attention, n’oublie pas qu’il faut un peu d’expérience pour rouler sur des pistes accidentées.

Avantage d’un 4×4 en Australie :
  • Tu peux aller partout.
  • Une tente de toit, c’est trop la classe (même si ce n’est pas pratique tous les jours et certaines nuits trop venteuses tu ne pourras pas dormir dedans).
Inconvénients d’un 4×4 en Australie :

Inconvenient d'un 4x4 pour un road trip en Australie ?

  • Sur les pistes accidentées, le risque d’avoir des problèmes mécaniques (pneus, amortisseurs…) est beaucoup plus important.
  • La consommation est bien plus élevée (15-16 litres au 100 km en deux roues motrices, plus encore en tout terrain !)
  • La place est limitée à l’intérieur, comme dans le break.
Conclusion : Il n’y a pas un choix meilleur qu’un autre. Choisis un véhicule qui correspond à ton road trip et à ce que tu veux absolument voir et faire en Australie…
Ils ont tous leurs avantages et leurs inconvénients. Pour moi, l’idéal serait d’avoir un van ET un 4×4… 😊

retour au sommaire

2. Où trouver un van aménagé, un 4×4 ou un break en Australie ?

Dans les petites annonces bien sûr !

Sur internet

  • Le bon coin australien s’appelle Gumtree, c’est une véritable mine d’or, pour les voitures, mais pas seulement !
    C’est le week-end que tu trouveras le plus d’annonces.
  • Il y a beaucoup de véhicules intéressants proposés sur les différents groupes Facebook de backpackers (Australie – conseil/bon plans, WHV Australie, Australie WHV/PVT…). Mais, ces annonces sont très souvent sur Gumtree.
  • Les sites Australia-Australie (les petites annonces d’Australia-Australie.com), pvtiste.net (les petites annonces de Pvtistes.net) sont bien moins fournis en annonces et comme toujours, c’est souvent sur Gumtree.
    Attention, sur ces sites, il y a régulièrement des arnaques, même si les modérateurs font un gros travail pour les éviter.
    Sans être parano, soit prudent !
En bref, Gumtree, c’est plus de 80 % des annonces !

Les Auberges

Les petites annonces dans les auberges de jeunesse sont nombreuses, mais beaucoup ne sont plus d’actualités… Pour mettre toutes les chances de notre côté, on en a quand même visité plusieurs, mais on a perdu notre temps.
Et, les véhicules qui étaient encore disponibles, on les avait vus sur Gumtree…

Mon conseil, ne perds pas ton temps à visiter les auberges, regarde seulement dans celles où tu passes !

Dans la rue

Ouvre les yeux. Tu verras beaucoup de voitures à vendre. Ce n’est pas toujours ce que tu cherches, mais tu tomberas, peut-être, sur l’opportunité inespérée.

Il y a aussi des marchands de voitures d’occasion, mais les prix sont encore plus élevés. Regarde si tu passes à côté, mais c’est cher, comparé à ce qu’on trouve sur internet. Pour justifier cela, certains marchands proposent une garantie. Mais, n’oublie pas qu’elle ne fonctionnera pas si tu es de l’autre côté de l’Australie.

Certains globe-trotters parlent de marchés de voiture d’occasion (les car market) : des endroits où les gens mettent leur van en exposition contre une petite somme d’argent. Ça peut être une bonne solution, mais lors de notre arrivée à Melbourne, je n’ai pas trouvé ces fameux car-market…

En conclusion, Gumtree est probablement le plus efficace et l’endroit ou tu trouveras le meilleur rapport qualité/prix. Il mérite la plus grande partie de ton attention.
Bien sûr, ça n’empêche pas de rester attentif et ouvert aux autres possibilités.

retour au sommaire

3. Où acheter un van, un 4×4 ou un break en Australie ?

Dans une grosse ville, avec un gros aéroport, des billets d’avion pas cher et beaucoup de backpackers qui quittent l’Australie. C’est principalement ces derniers qui vendent les véhicules que tu cherches.

L’aéroport de Sydney est le plus important, ensuite vient celui de Melbourne.
Les aéroports de Perth et de Brisbane sont beaucoup moins fréquentés.

Il n’est pas impossible de trouver ton bonheur à Darwin, à Adélaïde ou dans une petite ville de l’outback australien, mais tu auras un choix beaucoup plus limité.

Plus tu as de choix, plus tu as de chance de trouver une affaire en or…

La « légende de backpacker » : l’ile au trésor.

Une légende dit que pour acheter des vans pas chers, il faut aller en Tasmanie.

En effet, pour y aller, il faut prendre le ferry et les places sont très prisées. Il faut réserver longtemps avant (pendant les vacances scolaires, n’y pense même pas). Certains globe-trotters se font piéger et bradent leur voiture pour ne pas tout perdre avant de quitter l’Australie.

Je n’ai pas acheté de van en Tasmanie. Par contre, après avoir entendu cette légende, j’ai vérifié, de temps en temps, les petites annonces. Je confirme qu’il n’y a pas de fumée sans feu !
Ce n’est pas toutes les semaines, mais c’est régulier…

Alors, pourquoi ne pas envisager de visiter la Tasmanie et d’y travailler, au début de ton working holiday visa en Australie ? Tu y trouveras peut-être une occasion en or !

retour au sommaire

4. Quel est le meilleur moment pour acheter un van, un 4×4 ou un break en Australie ?

Il n’y a pas réellement de période idéale. J’ai lu beaucoup d’absurdités, sur de soi-disant mois idéals pour acheter ou pour vendre son véhicule.

Le seul fait (plus ou moins objectif), c’est que les pvtistes sont dans le sud de l’Australie (Melbourne, Sydney, Perth, Adélaïde) pour l’été (de novembre-décembre jusque mars-avril) puis dans le Nord (Brisbane, Cairns, Darwin) pour la saison sèche (mai-juin jusque septembre-octobre).
Ces périodes sont donc plus favorables en fonction des régions, mais on ne peut pas faire de généralisation plus précise.

retour au sommaire

5. Comment inspecter un van, un 4×4 ou un break quand on n’est pas mécanicien

Visiter un véhicule avant de l’acheter est une étape capitale pour évaluer l’état de la mécanique. Voici une liste des éléments importants à vérifier et à regarder, parce qu’on n’est pas tous mécaniciens, mais qu’on ne veut pas se faire arnaquer pour autant !

L’état d’esprit pour la visite

Je suis un peu parano. Je suis certain que sur chaque voiture, il y a des choses qui ne fonctionnent pas.
Tu dois te transformer en Sherlock Holmes de la mécanique, pour trouver la petite bête comme on dit dans ma Belgique.

Tu n’y connais rien en mécanique ? Ce n’est pas grave, le vendeur ne le sait pas.
Inspire-toi de mes conseils, essaye de ne pas raconter trop de bêtises et surtout glisse dans la discussion que tu as des amis mécaniciens qui t’ont briefé. Ça fera son petit effet.

Ensuite, observe aussi les réactions du vendeur, quand tu tournes autour de son véhicule. Si, à un moment, il est mal à l’aise, qu’il cherche à attirer ton attention, c’est que tu regardes au bon endroit.

Et si par malheur, le vendeur était mécanicien, ne parle pas trop, observe beaucoup et ne lui montre pas que tu n’y connais rien…
Autre avantage, si le vendeur pense que tu sais de quoi tu parles, il sera peut-être plus apte à négocier le prix.

Un dicton québécois dit « Bon menteur, bon vendeur… ».

Alors, ne crois que ce dont tu es certain et que tu peux vérifier par toi-même ! ! 😉

La visite

Maintenant que tu es persuadé d’être mécanicien, il faut que tu saches quoi regarder. Voici une petite liste (téléchargeable à la fin de l’article). Essaye de t’entrainer, avant de te rendre à la visite. Repère les éléments sur une autre voiture, ou au moins sur internet…

1. À l’arrêt et à froid

(Il faut parfois attendre 15 ou 30 minutes pour toucher le moteur. Plus pour le radiateur. Attention à ne pas te bruler !)

  • Vérifie le joint de culasse : dans le moteur, ouvre le capuchon d’huile. Si le joint de culasse n’est plus étanche, il y aura de l’eau dans l’huile. De l’eau et de l’huile, ça fait un genre de mayonnaise qui colle au bouchon… Inutile de te dire que ça coute très cher à changer…
  • Regarde l’eau du radiateur. Le réservoir doit être à niveau et l’eau doit être claire. Elle peut être colorée si le propriétaire a mis de l’antigel (bleu ou rouge), mais si elle est brune, cela signifie souvent que le radiateur est rouillé. Ce n’est pas dramatique, mais c’est possible que tu doives le remplacer…
  • Vérifie l’huile : le niveau, la couleur et l’odeur.
    • le niveau, c’est le minimum que le vendeur aurait dû vérifier. S’il manque de l’huile, méfie-toi, il n’est probablement pas consciencieux !
    • La couleur n’est pas très représentative, mais si le vendeur te dit qu’il a fait l’entretien peu de temps avant, elle ne doit pas encore être trop noire.
    • Dernière chose, l’odeur. Elle ne doit pas sentir le brulé. Ce serait signe que l’huile est soit très vieille ou que les vidanges précédentes ont été faites trop tard. Ce n’est pas excellent non plus.
  • Surtout, regarde si le moteur ne perd pas de l’huile, qu’il n’y en a pas partout sur le moteur. Un peu sale, c’est normal, mais ça ne doit pas être dégoulinant. Regarde en dessous et vérifie que ça ne goutte pas.
  • Vérifie que le filtre à air n’est pas trop sale et poussiéreux. C’est un autre indicateur pour savoir si le véhicule a été entretenu de façon consciencieuse.
    Attention, il est parfois un peu difficile à trouver. Sur notre Toyota HiAce, on y accédait par le dessous de la voiture, derrière la roue avant droite… Il fallait y penser !
    Le vendeur devrait t’aider à le trouver.
    S’il ne peut pas, ce n’est pas grave, sauf s’il te dit qu’il a fait l’entretien lui-même…
  • Pour terminer, regarde l’état du moteur en général. Les courroies, durites et tuyaux en caoutchouc ne doivent pas être trop abimés, entaillés ou craquelés.
2. Le tour du véhicule

  • Regarde l’état des pneus (vérifie aussi l’intérieur, s’ils sont plus usés à l’intérieur qu’à l’extérieur, il faut refaire le parallélisme), s’il n’y a pas de trace d’accident important, trop de rouilles, de vitres brisées.
  • Vérifie que les portes s’ouvrent toutes correctement et que les serrures se verrouillent, que les essuie-glaces, les jets d’eau, les clignotants, les phares et les feux de position fonctionnent correctement.
  • Pour finir, couche-toi en dessous de la voiture et regarde attentivement.
  • Regarde si tout est bien accroché.
  • Regarde si l’échappement n’est pas trop rouillé ou abimé (gratte un peu si ça te parait suspect).
  • Regarde aussi le moteur par en dessous, pour voir si rien ne te parait anormal (huile, courroies, durites…).

Comment-inspecter-un-van-avant-un-road-trip-en-AustralieEn bref, vérifie l’aspect général du véhicule par dessus, par dessous et autour. Prends ton temps et regarde tout ce qui te passe par la tête et fait attention à ne pas trop te laisser mener par le vendeur.

Ces premières constatations te donneront déjà un bon aperçu de l’état général du véhicule. Si elles sont satisfaisantes, continue ta visite, mais n’oublie pas les détails moins bien, ce sont des arguments pour négocier le prix, par la suite.

3. Démarre le moteur
  • Il doit démarrer du premier coup.
  • Regarde le moteur, il doit tourner de façon régulière et ne pas bouger dans tous les sens. Une fois qu’il a démarré, il doit être stable.
4. En roulant

Si tu as la possibilité, essaye le véhicule. Si tu n’as jamais roulé à gauche, essaye-le dans une petite rue et fais un plus grand tour avec le propriétaire au volant, mais tu dois absolument rouler.

  • Teste l’embrayage (à l’arrêt, tire le frein à main, passe la troisième et lâche l’embrayage, si le moteur cale, c’est que l’embrayage n’est pas trop usé).
  • Fais attention que la boite de vitesse ne craque pas, que les vitesses passent facilement. Que le pommeau de vitesse n’ait pas de difficulté à accéder aux vitesses.
  • Teste les freins. Le freinage d’urgence, c’est important aussi.
  • Et pour finir, sois attentif à la façon dont le véhicule roule en général.
    Il doit avoir de la pêche (tenir sa vitesse [au minimum] dans les montées) et ne pas faire de bruit suspect.
    Ferme les fenêtres, c’est plus agréable qu’elles soient étanches. Toujours fenêtres fermées, écoute le moteur.
  • Si c’est possible, monte sur l’autoroute et essaye le véhicule au moins à 100-110km/h pour t’assurer que tu vas bien aussi à plus grande vitesse.
  • Teste la climatisation (si le véhicule en est équipé), laisse-la tourner un peu et vérifie que l’air est bien frais. Avec l’âge, les tuyaux s’usent et il peut y avoir des pertes de gaz dans les systèmes de climatisation. La climatisation perd donc de son efficacité ou ne fonctionne plus du tout.
    Il est possible de remettre du gaz dans le système, mais ça coute une petite centaine de dollars et ça ne sera que temporaire… Si le vendeur vient de le refaire, il n’y a pas moyen de le savoir.
  • Vérifie aussi que le véhicule s’arrête quand tu coupes le contact. C’est idiot, mais nous avons rencontré un couple très sympa dont le van ne s’arrêtait pas avec la clé. Il devait faire caler le moteur. (Depuis, leur van est à la casse…)
Ça fait beaucoup de choses à vérifier. Et c’est vrai qu’en pratique, il est difficile de penser à tout. Ça se passe vite, et pour peu que le vendeur te presse un peu, ça ne met pas vraiment à l’aise. Mais, fais une liste et n’oublie pas que tu dépenses beaucoup d’argent, alors force-le à prendre le temps.
5. L’aménagement intérieur

La dernière étape, même si dans la réalité, c’est souvent la première. Le propriétaire va te présenter son intérieur. Ce sera TA maison, alors imagine si ce sera agréable pour TOI. Tu risques d’y passer plusieurs semaines, peut-être des mois…
Imagine aussi ta journée sur la route et pense à ce que tu vas faire et ce dont tu auras besoin.
Voici une série de détails pour t’inspirer :

La vie dans un campervan :

Est-ce que tu sais te tenir assis avec le dos droit sur le lit ? C’est un détail important, si tu ne veux pas te casser le dos.
Si tu es grand, vérifie aussi la taille du lit.
Si vous êtes deux, est-ce que depuis le lit, les deux ont accès au nécessaire pour déjeuner ou s’occuper si l’autre n’est pas réveillé ?
Idem pour sortir du van. S’il faut réveiller l’autre, chaque fois qu’on doit aller aux toilettes, la nuit, ce n’est pas génial.
Essaye le système convertible « canapé-lit », est-il facile de passer d’un mode à l’autre ? Fais le test !
Beaucoup de vans, en Australie, sont peu pratiques de ce point de vue et reste en lit tout le temps par facilité (c’est le cas de la majorité de ceux qu’on a vus).
Ne crois pas le vendeur sur ce point, essaye le canapé par toi-même et vérifie qu’il est confortable !
Je n’aime pas les cuisines à l’arrière, il suffit d’un peu de vent et/ou de pluie pour que ça devienne inconfortable. Je préfère de l’espace à l’avant, mais c’est mon avis. 😉
Voir plusieurs installations te permettra de comparer les systèmes.

La vie dans un break :

J’ai vécu assez souvent dans ma Golf III, à une période. C’est plus court qu’un break, mais le système est le même. L’essentiel de ta vie se passe devant ou à l’extérieur. Ne te laisse pas impressionner par tous les trucs inutiles (guirlande, décorations…) que le propriétaire pourrait te montrer. Le confort de vie est très rudimentaire…
Est-ce que le bec à gaz est utilisable à l’intérieur s’il pleut ? Est-ce qu’il y a un convertisseur pour recharger tes accessoires électriques ? Des chaises et une table ? Le minimum de cuisine ? Est-ce qu’il y a une lumière qui n’est pas raccordée à la batterie ? Est-ce que les vitres sont fumées ?
Le reste n’est pas vraiment utile. La vie en break, c’est la vie simplifiée au maximum !


Abonne toi à la newsletter pour recevoir gratuitement la liste des éléments à vérifier lorsque tu achètes un véhicule.

Ton nom (obligatoire)

Ton email (obligatoire)

Oui, je souhaite recevoir la liste des éléments à inspecter sur un véhicule avant l'achat :   

Je déteste les spams. Et je ne céderais ni ne revendrais jamais ton email à quiconque.

Il ne me reste plus qu’à te souhaiter bonne chance pour ton futur achat… 😉

retour au sommaire

6. Trucs, astuces et conseils pour acheter un van, un 4×4 ou un break en Australie

Quelles sont les choses à savoir pour acheter un van en Australie ? La maléfique registration (rego), les amendes impayées, les véhicules les plus communs en Australie… Ça et d’autres conseils importants pour éviter les soucis.

La registration (rego) et le transfert de véhicule

La rego, c’est l’immatriculation du véhicule, la partie administrative de ton achat. C’est malheureusement un peu complexe, puisque chaque état possède sa propre législation.
Pour faire court, tu devras transférer l’immatriculation du véhicule à ton nom. Dire à l’Australie que tu en es le nouveau propriétaire.
Tu as un délai de 15jours pour faire ces démarches.

Pour changer de propriétaire, les véhicules immatriculés dans le New South Whales, le Victoria, le Queensland et l’Australian Capital Territory ont besoin d’un contrôle technique. Pour obtenir ce contrôle, tu dois être dans l’état d’immatriculation du véhicule.

Si tu es au bon endroit, que le vendeur te vend le véhicule avec un contrôle technique récent, fonce !

Si tu n’es pas dans cet état, l’ancien propriétaire vend probablement le véhicule sans le contrôle technique. Obtenir ce dernier peut couter cher en réparation. Pas toujours à cause du véhicule, parfois simplement à cause de l’humeur du contrôleur…
C’est un risque important qu’à ta place, je ne prendrais pas.

Notre véhicule n’a pas été refusé, mais on a eu une remarque, parce que la vitre arrière est fumée… juste pour dire quelque chose…

Une solution serait de changer l’état d’immatriculation du véhicule. Pour cela, le vendeur doit se présenter à un contrôle technique, transférer la rego du véhicule dans l’état où vous vous trouvez et ensuite, ensemble, vous faites le transfert de propriétaire.
De cette façon, tu prendras la route avec un véhicule en ordre.

Dans la pratique, le vendeur n’est pas obligé d’accepter. Cependant, si son véhicule est en bon état, il n’aura pas peur de cette procédure qui n’est, en réalité, qu’une formalité. Je te garantis que l’administration australienne est beaucoup plus rapide que l’administration française (et belge).

Je simplifie un peu, mais nous avons fait ces démarches pour revendre notre van, à Adélaïde, et ça nous a pris une grosse demi-journée (contrôle technique, transfert aux nouveaux propriétaires et déplacement compris).

Détail important, pour immatriculer le véhicule, tu auras besoin d’un justificatif de domicile (dans l’état, bien sûr).
Le plus facile, c’est un document de la banque. Il suffit de le leur demander, mais penses-y avant de te rendre à l’administration routière…

Si tu cherches plus de renseignements sur la registration, il y a des blogs qui expliquent en détail le fonctionnement de cette fameuse REGO. Le dossier de pvtistes.net est en français et très complet. Vérifie tout de même les informations, les lois changent régulièrement et à l’heure où j’écris cet article, il n’est, probablement, déjà, plus à jour.

Vérifier que le véhicule n’a pas d’amende impayée

Avec le numéro de plaque (souvent visible sur l’annonce), vérifie qu’il n’y a pas d’amende impayée, gratuitement, auprès du service du département de l’état où le véhicule est enregistré (voir liste au-dessus). Dans certains états, ça se fait en ligne, dans d’autres, par téléphone.

Si tu achètes à un Australien et que tu veux vérifier qu’il n’y a pas de crédit ou de saisie en cours sur le véhicule, tu as besoin du numéro de châssis (VIN number).
Ensuite, fais une recherche sur le site du registre des propriétés mobilières (Personnal property securties register ou ppsr pour les intimes). Ça te coutera 3,4 dollars australiens.

Négocier le prix

Parler du prix est indispensable, même s’il parait correct.
Tu peux prétendre qu’il est un peu au-dessus de ton budget et utiliser ce que tu as remarqué pour inciter le vendeur à descendre son prix.

Dans tous les cas, soit direct. Tu ne demandes pas une faveur en négociant le prix.
Qui ne tente rien n’a rien…
Tu ne gagneras peut-être que 200 ou 300 $, mais ça fait déjà quelques pleins d’essence, quelques bières ou un bon repas…

Lorsqu’on a vendu notre van, les acheteurs ont sous-entendu que c’était un gros budget. S’il avait demandé, je crois que j’aurais accepté de descendre de 500 $. Ils ne l’ont pas fait et le prix est resté le même.

N’oublie pas qu’en fonction du marché et de la demande, ça ne sera pas toujours possible de négocier. Essaye, insiste, mais ne t’entête pas…

Et le plus important pour la fin, LE PRIX N’EST JAMAIS SYNONYME DE QUALITÉ !

La différence entre acheter un van à un backpacker ou à un Australien ?

Un backpacker :
  • Il veut récupérer l’argent qu’il a investi lors de SON achat… Sa mise de départ, mais parfois même les frais mécaniques qu’il a dû faire pendant son voyage… (c’est pourquoi les prix sont surévalués)
    Il y a même des articles sur Google qui explique comment vendre son van plus cher qu’il n’a été acheté
  • Un van, qui a appartenu à plusieurs générations de backpackers, risque d’avoir eu des entretiens moins réguliers ou simplement d’avoir des problèmes mécaniques difficilement repérables laissés pour les suivants.
  • Sans oublier ce proverbe australien qui dit : « Never trust a Backpacker! » (Ne jamais croire un Backpacker !)
Un Australien :
  • Il ne cherche pas à récupérer l’argent qu’il a investi.
  • En général, ce sont souvent des véhicules mieux entretenus. Un entrepreneur ou une famille entretient son véhicule parce qu’ils en ont besoin…
  • Les Australiens ont la réputation d’être des gens plutôt honnêtes. Ils auront, donc, probablement plus de scrupules à te monter une grosse arnaque…
  • L’inconvénient c’est qu’il faudra probablement aménager ton véhicule toi-même…

Choisir un modèle courant

En cas de problème mécanique, les réparations couteront moins cher si le garagiste a la possibilité de trouver facilement les pièces d’occasion, ou à la casse. On ne sait pas ce qui peut arriver et on est jamais trop prudent, alors voici une liste non exhaustive des véhicules les plus fréquents en Australie :

  • Les vans : Toyota HiAce, TownAce et Tarrago, Mazda E1800 et E2000, Mitsubishi Express, Ford Econovan…
    (Le fameux Mitsubishi Delica [van 4×4] est très intéressant, mais il est beaucoup plus difficile de trouver des pièces. Un garagiste m’a dit qu’il fallait souvent les faire importer du Japon…)
  • Les breaks : Holden Commodore, Ford Falcon, Subaru Forester, Mitsubishi Magna, Toyota Tarago, Camry…
  • Les 4×4 (familial ou pas) : Honda CR-V, Mazda Tribute et RAV4, Holden Jackaroo, Mitsubishi Pajero, Toyota Landcruiser, Nissan Patrol, Pathfinder, X-trail…

Essence, diesel, gaz : le faux débat

Un moteur diesel consomme moins qu’un moteur à essence.
Rouler au GPL coute moins cher.
Théoriquement, tout cela est vrai. Mais, la théorie ne tient pas compte l’usure spécifique à chaque véhicule. Je te rappelle qu’on parle de véhicules d’occasion…

En pratique, en Australie, le diesel et l’essence unleaded ont des prix similaires. Le diesel est même parfois un peu plus cher (le prix des carburants par état ici).

Vouloir absolument mettre la priorité à un type de carburant plutôt qu’un autre, risque de te faire rater de belles occasions.
Des problèmes mécaniques même minimes te couteront vite beaucoup plus cher que toutes les petites économies de carburant…

L’histoire du véhicule

Renseigne-toi en demandant au vendeur le plus d’informations possible sur l’historique du véhicule. Méfie-toi des véhicules vendus peu de temps après l’achat (ça peut cacher des problèmes).
Ne crois que ce que tu vois : date de transfert de rego, facture de garage…

Les moteurs refaits (oui, le moteur est neuf, mais pas le reste), qui ont vraiment beaucoup de km (en Australie, beaucoup de km, c’est plus de 400 ou 500 000 km). Ceux qui ont eu beaucoup de problèmes mécaniques sont à risque.

Cherche le véhicule sur Google

Tape le petit nom du véhicule sur Google. Cherche aussi sa marque, le modèle, l’année, l’endroit où il a été acheté, bref met toutes les infos que tu as, dans ton moteur de recherche favori…
Tu n’auras pas l’historique complet du véhicule, mais pour certains modèles plus rares ou un peu plus vieux, j’ai retrouvé les annonces précédentes. Ce sont des éléments supplémentaires pour vérifier que le vendeur ne t’arnaque pas

La discrétion du véhicule

On ne peut pas dormir n’importe où. Il y a beaucoup de camping gratuit en Australie alors quand il n’y en a pas, ce n’est pas permis.
Bien sûr, ce n’est pas pour ça qu’on ne le fait pas.
En ville, tu économiseras beaucoup d’argent, mais les amendes australiennes coutent très cher.
Facilite-toi la vie, choisis un véhicule discret… (le summum de la discrétion, c’est les véhicules avec la marque d’une entreprise !)

Je parle un peu plus de comment dormir en ville et plus généralement du camping sauvage, ici. (lien)

Trouver un BON van, ça demande du temps.

Je sais qu’en arrivant en Australie, on a envie de démarrer tout de suite et pas de passer un mois à chercher son van. Pourtant, c’est une étape importante et beaucoup d’argent…

Si tu as la possibilité, mieux vaut trouver un travail en ville en arrivant et prendre son temps pour chercher un van. C’est aussi l’occasion de rencontrer des Australiens qui connaissent un bon garagiste et pourront t’aider à choisir ou simplement de découvrir un peu la culture australienne avant de te lancer à la découverte du bush.

Voilà, avec ces derniers conseils, je pense que tu as toutes les cartes en main pour acheter ton van en Australie. As-tu d’autres idées ou conseils ?

Sinon, il te reste à passer à la dernière étape.

Tu as acheté ton van ? Parfait, prends une assurance !

Ce n’est pas obligatoire, mais c’est toujours plus prudent.
Dans la rego, il y a une assurance responsabilité civile qui couvre les frais, si tu renverses ou blesses quelqu’un, accidentellement.
Mais, si tu es en tort, il est fort probable que cette assurance te demande ensuite de payer et elle ne couvre pas les dégâts matériels.
Pour éviter les ennuis, nous avons choisi Suncorp Insurance et sa couverture minimum (Third part insurance ou assurance au tiers).
Cela nous coutait un peu plus de 300 $/an, et une franchise de 600 $ en cas d’accident. Vu le prix de la tôle, tu es vite gagnant…

Pour l’anecdote, nous n’avions jamais eu d’accident en Europe et après 3 mois passés ici, c’est arrivé. Nous (surtout Émilie :-D) avons embouti une voiture en reculant. Notre van n’a rien et l’autre n’avait pas grand-chose, mais finalement, sans assurance, ça nous aurait couté 1200 $.
Au téléphone, le conseiller a pris tout le temps nécessaire pour qu’on comprenne ce qu’on faisait. À part les 600 $ de franchise, tout s’est bien fini…

retour au sommaire

7. Le vocabulaire pour acheter un van en Australie

vocabulaire pour acheter un van en australie

À notre arrivée, on a eu des difficultés pour comprendre les petites annonces. J’ai fait beaucoup d’aller-retour sur Google traduction et j’ai fini par me faire une liste. La voilà. Une grande partie du vocabulaire mécanique, aspect extérieur et aménagement dont tu auras besoin pour comprendre les petites annonces et inspecter ton véhicule.

Vocabulaire mécanique

— 4WD (Four-wheel drive) : 4roues motrices
— aircon (air conditioned) : climatisation
— belt: courroies
— brakes: freins
— brake pads : plaquette de frein
— clutch : embrayage
— cooling system : système de refroidissement
— engine : moteur
— filter : filtre
— fuel tank : réservoir à essence
— gasket: joint de culasse
— oil: huile
— petrol: essence
— power steering: direction assistée
— radiator: radiateur
— Rego, registration : équivalent de la taxe d’immatriculation
— Roadworthy : contrôle technique
— service : entretien
— spark: bougie
— starter : démarreur
— timing belt: courroie de distribution
— tires : pneu
— utes : utilitaire (véhicule)
— wheel bearing: roulement de direction
— wheel alignment: parallélisme

Vocabulaire Aspect extérieur

— bull-bar : pare-buffle
— indicator: clignotant
— roof rack: galerie de toit
— roof basket : panier de toit (que tu fixes sur le roof rack)
— roof bed: lit de toit (dans le pop-up)
— roof-teint : tente de toit
— rust: rouille
— solar panel: panneau solaire
— spare wheel: roue de secours
— window: fenêtre
— windscreen: pare-brise
— windscreen wipers: essuie-glace

Vocabulaire Aménagement Intérieur

— dual battery: seconde batterie (pour recharger l’ordinateur, les portables… sans risque)
— coolbox, essai, frigo box : glacière
— curtain: rideaux
— fridge :(3 way fridge : frigo gas/12v/230v
— mosquitoes net, flies net: filet anti-moustique, anti-mouche
— power inverter: convertisseur 12v-230v
— storage : rangement

Annonce importante : toi aussi, aide la communauté des globe-trotters et dis-moi en commentaire les mots que j’aurais oubliés.
retour au sommaire

La suite du voyage, quand tu as acheté ton van, c’est comment aménager un van en Australie. On te montre ici comment installer un canapé-lit convertible (système BZ) et plein de rangements dans ton van. En prime, on compare les frigos de camping et on te montre comment installer une seconde batterie.

Que penses-tu de ce guide ? Est ce qu’il t’a plu ?
Quels autres conseils te semblent important pour acheter un van en Australie ?
Ce guide représente beaucoup d’heures de travail, laisse nous un commentaire, ça nous fera plaisir !

Notre aventure te plait ?
Abonne-toi à nos réseaux sociaux !

  • Christophe Deneulin

    salut !

    vos articles sont super intéressants ! Merci pour les conseils ! surtout celui sur l’achat du van j’ai adoré

    Si je peux rajouter quelques mots 🙂

    Wheel bearing: roulement de direction
    brake pads: plaquette des frein
    parallélisme: wheel alignment

    Ca m’est arrivé de devoir les changer en NZ ou en Oz ! Bonne continuation !

    • Merci, je vais les ajouter dès que j’ai une connexion correcte… Tu es toujours en voyage ? ?

  • Lucie

    J’adore votre blog qui commence à beaucoup m’aider. En plus on est arrivé à Melbourne il y a quasiment 2 mois (mais on est partis 2 semaines et demi en Tasmanie dès notre arrivée) et du coup je me reconnais beaucoup. Et là on est en pleine recherche de van et on commencait à désespérer mais on ne veut pas acheter le 1er venu. Les conseils sur quoi vérifier quand on est pas mécano sont exellents, beaucoup de chose qu’on avait pas du tout penser. On les appliquera lors de notre prochaine visite.
    Bravo, tout est très bien expliqué! je vais continuer à parcourir le blog…
    PS : qui a emboutit la voiture?

    • Bonjour Lucie,
      Merci pour ton commentaire, il m’a fait beaucoup rire 😀 😀
      Je ne peux pas te dire qui a emboutit la voiture, Emilie risquerait de m’en vouloir 😉
      Surtout prenez votre temps avant d’acheter… Le temps que vous “perdez” maintenant, vous l’économiserai en problème sur la route. Et pour le logement, en attendant cherchez un Helpx ça revient moins cher et ça permet d’évoluer en anglais.
      Vous souhaitez partir dans quel direction après ? ?
      Surtout Tiens nous au courant des résultats de ta visite ! !