Les oppossums du Jirrahlinga Koala Wildlife Sanctuary
Temp de lecture approximatif : 5 minutes et 38 secondes

Les Kangourous, les koalas, les wombats, tous les animaux de l’Australie sont présents au parc Jirrahlinga Koala and Wildlife Sanctuary. Petit tour d’horizon d’un parc du Victoria, un peu à part, et de notre rencontre avec ses animaux australiens.

Ce sanctuaire n’est pas un zoo, on n’y voit ni tigre, ni girafe, mais exclusivement des animaux australiens. En effet, le parc recueille les animaux sauvages blessés, les soigne et les réintroduit dans la nature par la suite (quand c’est possible).

Le parc protège, aussi, les espèces menacées comme le dingo, et intervient lorsque les animaux sont en danger. Dans le Victoria de nombreux incendies menacent les animaux sauvages. Ces dernières années, plus de 1 000 000 d’hectares ont brulé en 2006 et presque 500 000 en 2009.

Le projet du parc, créer par Tehree Gordon, est d’aider les animaux, mais aussi les hommes qui ont des difficultés sociales ou médicales. Pour cette femme, passer du temps avec les animaux apporte aux soignants bien-être et épanouissement.

Informations pratiques
Jirrahlinga Koala and Wildlife Sanctuary se trouve à l’entrée de la péninsule de Bellarine à 120 km de Melbourne, à 20 minutes de Geelong et à 20 minutes de Torquay.

CARTE

Le sanctuaire est ouvert de 10 à 17 h, et coute 18 $ pour les adultes et 10 $ pour les enfants. Ça sort un peu de nos habitudes de bon plan pas cher, mais le parc ne reçoit pas de subvention et ce sont les dons et les visiteurs qui permettent de le financer. En plus, les employés qui travaillent au parc Jirrahlinga sont majoritairement des bénévoles.

Les koalas, animaux sauvages de l’Australie

Les koalas sont souvent blessés lors des incendies. En effet, ces animaux vivent dans les arbres d’eucalyptus, facilement inflammable. Le koala, qui n’est pas très rapide, est souvent brulé (principalement aux pattes) et perd également son habitat. Deux raisons qui le rendent vulnérable ont ces catastrophes plus ou moins naturelles.

Le parc prend soin de plusieurs Koalas. Le guide nous fait une présentation complète de l’animal et nous explique les particularités de celui-ci. Nous avons appris que le koala se nourrit de feuilles d’eucalyptus. Contrairement aux autres animaux et aux hommes, il a un système digestif qui lui permet de les digérer. Ces feuilles sont peu nourrissantes et ne lui fournissent que très peu d’énergie. C’est pour cela que le koala dort beaucoup.

Le koala dans les bras du guide ne dort pas, mais il n’est pas très actif. Cela dit, à la fin de la présentation, il a quand même eu l’air d’apprécier les caresses (ça a le poil rêche un koala !).

Les Wombats, animaux sauvages de l’Australie

Après cette présentation, nous allons voir les wombats. Ces animaux principalement nocturnes sont de la famille des marsupiaux, comme les kangourous et les koalas. Cet animal considéré comme un nuisible est souvent délogé dans le Victoria.

À notre arrivée, ils sont presque tous cachés dans leur terrier. Une des guides vient nous présenter l’un d’eux. Ces animaux ressemblent à de petits oursons au poil gris. La jeune femme nous explique que ce sont des animaux qui aiment beaucoup jouer. Même si, aujourd’hui, celui qu’elle nous présente semble de mauvaise humeur.

Certains Australiens ont des wombats apprivoisés qui sont amicaux et affectueux. Mais, attention, lorsqu’ils se sentent menacés, ils peuvent mordre de leurs dents acérées et puissantes. Cette vidéo montre l’un d’eux, accompagner de son humain.

Kangourous

Il semble qu’ici, les kangourous ont trouvé un domicile et ce n’est pas un hasard puisque le nom du parc (Jirrahlinga) signifie « chercher une maison pour les kangourous » en langue aborigène. Ils se baladent par petits bons dans leur grand enclos, en nous regardant passer près de leur jardin. On se demande, presque, si ce sont les touristes qui observent les kangourous ou l’inverse.

Pour l’anecdote, une légende dit que le nom Kangaroo (traduction anglaise) a été donné par les premiers colons lorsqu’ils faisaient le tour du continent sur leur bateau. Le capitaine d’un navire qui demandait à son guide aborigène quel était cet animal a obtenu la réponse « gangurru », traduit par l’explorateur « Kangaroo ». En fait, la réponse de l’indigène signifiait « Je ne te comprends pas ».
La version moins fun, c’est que Kangourou vient du mot aborigène « patagoroug ». Pour ma part, je ne retiendrai que la légende, même s’il semble (après quelques recherches) que cette histoire ne soit qu’une fable.

Les wallabies

En suivant le parcours, on retrouve des wallabies qui se baladent en toute liberté dans une sorte de grand jardin. Le chemin des visiteurs se trouve au milieu du terrain de jeu des wallabies. Encore une fois, les animaux sont chez eux et nous (les touristes) devons respecter leur espace. Finalement, quoi de plus naturel.

Les reptiles, animaux sauvages de l’Australie

Ensuite, nous allons faire un petit tour près des serpents qui restent bien au chaud sous leur lampe. Certains de ces reptiles ont été abandonnés par leur propriétaire et ont retrouvé un foyer ici. D’autres sont des rescapés d’accident de la route.

Différentes espèces de reptiles sont présentés. Émilie préfère les observer de loin, même si, en réalité, les serpents sont plutôt de nature timide.

Les oiseaux animaux sauvages de l’Australie

La suite de notre promenade au sanctuaire Jirrahlinga nous amène devant les oiseaux. Il y en a de toutes sortes. Ils sont bleus, rouges, blancs, verts. Un vrai festival de couleur !
En s’approchant des cages à oiseaux, un gardien a le malheur de dire à Émilie qu’ils ont besoin d’être stimulés.

Elle a donc passé les 20 minutes suivantes à siffler devant les cages.

Un peu plus loin, d’autres faisaient les beaux en essayant de sortir de leurs cages…

Rencontre avec un opossum

En continuant notre chemin, nous avons croisé un employé du parc avec un opossum dans sa manche (à l’abri de la lumière). Les opossums sont des animaux nocturnes qui dorment dans les arbres.

À Geelong, la nuit, on les voit courir d’un endroit à l’autre. Ils ont une fâcheuse tendance à faire les poubelles, mais de plus près, ces petites bestioles sont presque mignonnes !

Lorsque nous étions au camping de Geelong, nous dormions le coffre ouvert, afin d’avoir un peu de fraicheur. Une nuit, nous nous sommes fait réveiller en sursaut par un bruit sourd sur le toit, suivi de plus petits bruits comme si l’on y trainait une chaine au-dessus de nous. Il nous a fallu un certain temps pour nous rendre compte que c’était un opossum qui jouait sur le toit. Il a fui en nous entendant nous lever, poursuivant sa route dans les arbres.

Dans le sud-est de l’Australie, les opossums sont partout.

Émilie est complètement fan de ces petites bêtes et elle est contente de pouvoir enfin en voir un de près.

Autres animaux sauvages du parc

Nous avons vu beaucoup d’autres animaux durant cette riche journée.

Chauve-souris et chouette :

Les oiseaux aux longues pattes (ibis):

Les Émeus :

Les plantes colorées du parc :

Le Jirralingha Koala and Wildlife Sanctuary : bilan de la visite

Il nous reste beaucoup d’animaux sauvages australiens à découvrir, mais nous avons eu un bel aperçu. Ce refuge nous a permis de découvrir les animaux de l’Australie et de mieux comprendre leurs habitudes.

Beaucoup des gardiens et des guides sont des bénévoles passionnés et rendent le lieu très convivial. Ils n’hésitent pas à venir vers les visiteurs pour donner quelques explications ou les faire approcher un peu plus des animaux. Nous avons aimé l’ambiance du parc : calme et respectueuse de ses habitants.

Après cette visite, sur la route, d’autres globe-trotters nous ont parlé de beaucoup d’autres sanctuaires similaires, où l’on soigne les animaux sauvages australiens.
On ne manquera pas de t’en faire visiter d’autres si on les trouve !

Connais-tu d’autres sanctuaires ? Quel est l’animal qui t’a le plus marqué en Australie ?

Notre aventure te plait ?
Abonne-toi à nos réseaux sociaux !