, ,

Le Camping Sauvage en Australie ou comment dormir en roadtrip ?

Temp de lecture approximatif : 9 minutes et 38 secondes

Comment et où dormir en van pendant ton WHV en Australie ? La loi sur le camping sauvage en Australie, comment aller à la toilette et prendre des douches, Lion’s Road te dit tout ce qu’il faut savoir pour dormir à la belle étoile en pleine nature…

Dormir dans sa voiture, c’est génial… Rouler, visiter, profiter, puis simplement se poser et continuer le lendemain…
C’est la liberté complète sur la route et c’est la solution la moins chère !

Mais, on ne peut pas le faire partout et n’importe comment…

Sommaire :

1. La loi sur le camping sauvage en Australie

Les lois qui autorisent, ou non, le camping sauvage sont spécifiques à chaque état/région/ville. Les informations précises sont rares et tu devras te renseigner sur place. Le meilleur endroit pour cela, c’est l’office du tourisme.
Cependant, il y a des généralités :

  • Il est interdit de dormir en campervan ou en tente dans les parcs naturels (sauf dans les endroits prévus, souvent payants) et il y a régulièrement des gardes qui passent…
  • Dormir en ville est passible d’amende (si tu te fais attraper).

Malgré ces interdictions, il est toujours possible de trouver un endroit où dormir, gratuitement, plus ou moins facilement.
Partager ces astuces (pas toujours légale) est d’ailleurs le but de cet article…
Bien sûr, je ne peux pas être tenu responsable des amendes que tu pourrais recevoir et je te conseille de respecter la loi…

Faire du camping sauvage est souvent toléré…

Ou plutôt, certains endroits sont moins interdits que d’autres. Les lois sont faites pour éviter les débordements, mais, dans les faits, à certains endroits, ça ne dérange personne que tu passes la nuit. Ça, c’est la philosophie du camping sauvage
Par exemple, dans les grandes villes, les quartiers d’habitations et de certains parkings sont d’excellents endroits. Je te donnerais des exemples concrets à la fin de cet article, d’abord, quelques principes pour passer une bonne nuit…
Retour au sommaire

2. Les principes de bases du camping sauvage en Australie et ailleurs

Pour éviter les ennuis ou pour bien dormir, il est bon de respecter certaines règles. C’est surtout du bon sens, mais dans l’excitation du moment, on n’y pense pas toujours…

Laisse l’endroit comme tu l’as trouvé

Ne laisse pas de déchet sur place.

  • Va à la toilette dans un (petit) trou ou au minimum dans l’herbe. En ville, pour la grosse commission, va au Mac Do (on en reparle plus tard)…
  • Lorsque vous faites pipi, Mesdames, emportez votre papier toilette ou, au moins, enterrez-le…
  • Sois très prudent lorsque tu fais du feu. D’abord, ce n’est pas discret, ensuite, ça laisse des traces de ton passage.
    Sans compter qu’en Australie, ça peut être très dangereux.

Être discret

Le plus important, c’est de ne pas se faire repérer. Légal ou pas, on dit toujours « Pas vu, pas pris » !

  • Donc, si tu n’es pas certains de l’endroit où tu dors, lève-tôt à 6 h et va prendre ton petit déjeuner un peu plus loin en regardant le soleil se lever…
  • Ne claque pas tes portières et évite la musique.
  • Dans les endroits fréquentés et dans les quartiers d’habitation, la lumière de ta lampe de poche, de ton mobile, de ta tablette… peut rapidement te trahir, même avec des rideaux.

Dormir et s’en aller

Le camping sauvage, ce n’est pas du camping. C’est juste passer la nuit.
Alors, trouve ton endroit, dors et pars tôt.

C’est la meilleure façon de minimiser les risques d’ennuis !

Tu feras la grasse mat’ dans les campings gratuits ou la sieste l’après-midi…
En ville, je pousse la prudence jusqu’à changer de rue chaque soir, au cas où quelqu’un trouverait ça drôle de voir des backpackers se faire virer ou se prendre une amende…

En respectant ces principes, tu ne devrais pas avoir (trop) de problème… Et le campeur suivant sera encore toléré…

Choisis bien ton emplacement

  • Une pente trop importante te fera passer une mauvaise nuit.
    Ça nous arrive régulièrement, lorsqu’on reprend la route après un long arrêt. La première nuit, on ne fait pas attention, la voiture n’est pas tout à fait droite et on passe la nuit à glisser soit l’un sur l’autre, soit vers le pied ou la tête du lit.
  • Évite les endroits trop proches de travaux, c’est bruyant le matin…
    En Estonie, un soir, après deux heures a cherché le bon emplacement, j’ai finalement trouvé le spot que je pensais parfait. Il faisait très humide, il était tard et je n’ai pas remarqué le conteneur et l’appartement en travaux (plusieurs étages au-dessus).
    Je me souviendrais longtemps de mon réveil au son assourdissant des ouvriers qui jetait des parpaings dans ce satané conteneur métallique… 😀
  • Évite aussi les endroits avec des chiens qui aboient. Si tu sors pisser au milieu de la nuit et que le chien réveille la maison, le propriétaire pourrait ne pas apprécier…

Renseigne-toi sur l’endroit où tu es…

Un jour, perdu dans la forêt suédoise, j’ai été réveillé par des bruits secs et répétés, comme des tirs de fusil et même de mitraillette, un peu plus tard, par des voitures et des motos qui passaient à proximité de mon van, alors que je pensais être à l’écart de toute civilisation.
Après quelques minutes, ça s’est calmé, mais j’ai très mal dormi…
Le lendemain, en prenant le café sur la route, le barman m’a appris que les bois abritaient une quantité incroyable de tout petit village et que la veille, c’était la fête annuelle de l’un d’eux… avec un feu d’artifice ! 😀

Ferme tes portes la nuit, même s’il fait chaud…

Il n’y a (presque) pas de voleur en Australie, par contre, il y a plein de petits animaux…
Ils ne sont pas méchants, mais ils apprécient de te voler ton paquet de biscuits, ton pain ou tout ce que tu laisseras trainer.
On a aussi entendu un couple qui s’était fait voler une chaussure restée à l’extérieur, probablement par un dingo… Ce n’est pas fréquent, mais ça arrive…
Ce n’est pas une règle absolue, car parfois il fait vraiment chaud, mais c’est tout de même quelque chose qu’il faut garder en tête…
Retour au sommaire

3. Wikicamp, l’application indispensable pour le camping sauvage

Je ne pensais pas dire un jour qu’une application est indispensable, mais voilà, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, alors je le dis, cette application est VRAIMENT INDISPENSABLE.
Wikicamp coute un peu moins de 10 $ à l’achat, mais tu y trouves les endroits où dormir (gratuit ou payant), les douches, les toilettes, mais aussi des points d’intérêt comme les visites, point de vue, endroit où charger ta bonbonne de gaz, où trouver de l’eau potable, etc.

L’énorme avantage de cette application, c’est bien sûr que tu peux le consulter hors ligne.

La base de données est mise à jour par tous ceux qui la possèdent et il y a aussi beaucoup de commentaires sur les différents endroits (pratique pour éviter les mauvaises surprises).

Attention si tu es sur la route en ce moment, le premier téléchargement des cartes est assez volumineux.

4. Les toilettes en camping sauvage

C’est un problème quand tu n’as pas de maison en dur.
Dans la nature, je ne te ferais pas un dessin, ce n’est pas compliqué. Camping sauvage, toilette sauvage.
Pense tout de même à acheter une petite pelle avant de prendre la route pour recouvrir ton chef d’œuvre.

En ville, même s’il y a beaucoup de toilettes publiques en Australie, ça reste plus délicat, car tu dors rarement à côté. Trouve un peu d’herbe, un coin de terre, fais vite, discret et au plus propre…
Pour les grosses commissions, nos meilleurs sponsors voyage sont les Mac Donald et autres fast food. Pour les besoins naturels, mais aussi pour la connexion internet ou pour les deux en même temps.
Retour au sommaire

5. Se doucher en camping sauvage

C’est aussi un détail important, d’autant plus quand tu ne voyages pas seul…

  • En Australie, tu trouves des douches publiques (chaude ou froide), assez régulièrement et encore plus en bord de mer.
  • La douche solaire est aussi un bon investissement, mais reste une solution d’appoint. Ça rafraichit, mais ce n’est pas aussi pratique qu’une vraie douche.
  • Certains campings proposent des douches pour quelques dollars (entre 2 $ à 5 $).
  • Un petit tour à la piscine permet aussi de te détendre et de te laver, c’est tout bénef.
  • Les centres sportifs, clubs de football et autres ont très souvent des douches.
  • Si tu restes un peu plus longtemps au même endroit, tu peux carrément prendre un abonnement à la salle de sport (lorsqu’on travaillait à la ferme, ça nous coutait 10 $/semaines chacun).

Sinon, sur la route, pars à la rencontre des locaux… Qui ne tente rien n’a rien… C’est ça aussi le voyage.
Si tu tombes sur les bonnes personnes, ce sera souvent la solution tout-en-un : Camping, douche et toilette…
Certains ne voudront même pas que tu dormes dans ton camion.
C’est comme ça que nous avons maintenant une chambre à Adélaïde, une caravane a Geelong, un hangar à Derby…

C’est bien beau tout ça, mais ce n’est pas très concret. Alors, voilà des exemples d’endroits où je cherche à passer la nuit et j’ai souvent dormi.
Retour au sommaire

6. Exemple de camping sauvage en ville

Dans le centre-ville, c’est difficile. En plus, c’est bruyant et tu dormiras probablement mal.

  • Le mieux, ce sont les quartiers d’habitation avec les voitures garées directement sur la rue (pas dans les allées des maisons). Entre les voitures, on remarque moins ton van…
  • Évite les grands parkings publics en général. Oublie le Coles, le Woolworth ou autre supermarché, le temps de stationnement y est souvent limité et l’amende (ou le réveil) est presque garanti !
  • Vérifie les parcs et cherche les petits parkings cachés ou peu fréquentés. Ceux-là sont souvent de bonnes solutions.
  • Le week-end, les zones industrielles sont aussi des bons plans. Il y a peu de monde et plein d’endroits discrets.

Retour au sommaire

7. Exemple de camping sauvage dans les petits villages

C’est l’endroit le plus compliqué pour dormir. Les gens connaissent les voitures des voisins et repèrent vite toute activité hors de l’ordinaire.
Certains villages sont des lieux de passage et les gens n’apprécient pas les globe-trotters un peu radins qui squattent leurs rues…
D’après moi, c’est souvent plus facile (et agréable) de faire quelques kilomètres et de dormir en pleine nature…

Si vraiment tu veux dormir là, poses la question au pub ou au café du coin et vois la réaction des locaux.
Sois franc et si personne ne peut t’aider, reprends la route…

Changer tes plans à chaque moment, c’est le prix du gratuit !

Si vraiment tu veux rester là, cherche les endroits à l’écart des maisons, un cul-de-sac, un parking pas trop fréquenté ou encore une aire de repos. Le genre d’endroit où tu ne déranges pas. Cela dit, c’est aussi le premier endroit ou la sécurité risque de passer. Si la ville chasse les campeurs sauvages, tu es dans le piège !

8. Les campings gratuits australiens

En Australie, il y en a énormément (vraiment beaucoup) sur les longues routes et dans les endroits un peu reculés. De temps en temps, ils sont à proximité des villes et villages ou même en centre-ville.
Pour ceux, comme moi, qui aiment prendre le temps de trouver le meilleur endroit dans la nature, les campings gratuits australiens, c’est de l’antijeu ! 😉

Le camping gratuit en Australie, c’est une institution !

Les campings gratuits (les free-camp), ce sont des aires de repos, mais aussi de jolis parcs ou des parcelles dans les bois, le long de jolie rivière, dans la montagne…
C’est prévu pour nous, globe-trotters sur la route. C’est gratuit et il y en a régulièrement avec des points d’eau potable, des toilettes et parfois même des douches…
Avec un peu d’organisation, tu peux faire le tour de l’Australie en ne t’arrêtant que dans ces free camps !
Retour au sommaire

Voilà, normalement, avec tout ça, tu devrais pouvoir trouver un endroit où dormir sans trop de soucis.
Le plus important, c’est vraiment de laisser les endroits comme tu les as trouvés lorsque tu es arrivé et de faire preuve de bon sens…
Au début, on est pas toujours à l’aise, on n’ose pas et on ne veut pas se prendre d’amende. Mais c’est le début… Avec le temps, la peur de passer la nuit dans un endroit inconnu deviendra vite le jeu de trouver LE meilleur endroit.
Franchement, essaye, tu verras, c’est génial ! 😉

Et si tu n’es pas encore persuadé, en un peu plus de 10 ans de camping sauvage, je n’ai eu qu’une seule amende, sur le parking d’un Ikea, en Suède et le pire c’est que je m’y attendais…

As-tu déjà dormi en camping sauvage ? As-tu d’autres conseils ou d’autres exemples d’endroits où tu as passé la nuit ?

ENJOY ! !

Notre aventure te plait ?
Abonne-toi à nos réseaux sociaux !