Si au départ, nous n’avions pas vraiment choisi de nous arrêter à Geelong. Nous y passons du bon temps.
Nous découvrons les joies de Noël au soleil et le calvaire de la canicule. Le boulot est moins agréable qu’au début, mais le compte en banque se remplit et on commence à avoir des projets de réaménagement de van plus sérieux. 3 mois en Australie, on passe le cap avec plaisir 😉

28 février 2015 — 107 jours
Le tourisme n’est malheureusement pas notre activité principale puisqu’au départ, on est là pour travailler… Cela dit, la vie avance et on est encore dépaysé tous les jours…
Voilà un bilan, un peu fourre-tout, de nos premiers 3 mois en Australie…

Noël

À vrai dire, ça n’a pas été facile de s’en souvenir. Il faut dire que sous 35 degrés permanents et avec ce soleil, on oublierait presque l’anniversaire de Jésus (le pauvre :-D). 🙂
On a beau voir quelques pères Noël en short dans la rue, mon cerveau a du mal à faire le lien avec ce que je connais de Noël en général (la neige, le froid, le sapin, les rennes…).
En plus, c’est la fin de l’année scolaire et donc le « vrai » début de l’été pour les Australiens. J’ai l’impression que les gens sont de sorties tous les soirs au café, en boîte, à faire des barbecues dans les parcs (en Australie, il y a des barbecues à gaz gratuit partout). Noël n’a l’air que d’une occasion de plus pour faire la fête.
Par contre, chose étonnante, même si le climat est totalement opposé à celui de notre hémisphère, le repas de Noël australien est le même : Viande en sauce, de gratins de pommes de terre et toutes ces bonnes choses bien lourdes. Inutile de dire que je ne comprends pas comment avec cette chaleur, ils arrivent à manger ça.

Pour notre part, nous avons fêté Noël à Melbourne, dans la maison du HelpX des jumelles (rencontrées lors de nos premiers jours de working holiday visa Australie à Melbourne). Ce fut un plaisir de s’offrir un bon pain et quelques morceaux de fromage. Je pense qu’on ne se rend pas compte à quel point certains aliments peuvent manquer avant de le vivre. Je rêve, par exemple, régulièrement d’un succulent cornet de frites bien croustillantes, le plus insupportable étant la puissance du souvenir de leur délicieuse odeur qui me reste dans le nez quand je me réveille… On verra si le temps pourra faire passer ça. Mais, même si les déjeuners au fromage « tasty » sont difficiles ces matins-là, je ne suis pas sûr que je souhaite vraiment oublier ce goût délicieux…

feu artifice nouvel an geelong Victoria AustralieÉmilie a reçu un cadeau de Noël avec 2jours de retard. Un appel du Black-bull, un restaurant de tapas, qui a besoin d’un dishwasher (littéralement lave-vaisselle :-)) pour le réveillon de Nouvel An. Elle y est allée, tout s’est bien passé et elle y retournera ! Donc malgré sa peur de l’anglais et de cette satanée barrière de la langue, elle a décroché son premier boulot et commence à être assez calée en fruits, légumes et accessoires de cuisine !

La canicule

Nous sommes donc en février et c’est l’été, quoi de plus normal 🙂 Dans nos habitudes, c’est le mois le plus froid de l’année, mais ici, c’est tout l’inverse !
En été, en Australie, il peut faire 40-45°, ce ne sont que des périodes de quelques jours, mais c’est invivable.
Le vent du nord (du désert) apporte une chaleur sèche qui rend malade. Pour essayer de t’expliquer, imagine une journée pendant laquelle le soleil tape vraiment fort, une journée où tu transpires sans bouger. Tu y es ?
Il fait donc déjà très chaud. Eh bien à ça, tu rajoutes un vent puissant qui te donne encore plus chaud.
C’est un peu comme un sauna dans lequel tu serais enfermé…
En fait, ce n’est pas tout à fait ça, le seul moment où j’arrive à en sortir, c’est quand je vais travailler. Au travail, il y a la climatisation :-).
Ça arrive donc par période de 3-4jours et heureusement que ce n’est pas plus long parce qu’on ne survivrait pas…
Mes collègues m’ont dit que c’est normal au début, il faut juste le temps de s’acclimater (jusqu’ici, je préfère m’aclimatiser :-D).

Maintenant qu’on l’a vécu, on imagine mieux les risques de feux de forêt. On voit partout, sur le bord des routes, des indicateurs de danger de feu et on comprend, maintenant, mieux leur intérêt.
Il y a eu un gros incendie, au moment de notre première canicule, à Adélaïde, à 700 km de Geelong. Sous cette chaleur et avec ce vent, on ose à peine imaginer la dangerosité, la vitesse à laquelle les feux peuvent se propager et le travail presque impossible des pompiers pour ralentir et éteindre tout ça !
Espérons que nous n’en verrons jamais de trop près.

La colocation

Cela fait presque un mois que nous habitons à nouveau dans une maison. On pensait passer un an dans le van, mais on a vite changé d’avis quand on a comparé les prix du camping à ceux de la colocation…
vie-a-geelong006Une petite chambre, un beau jardin avec un magnifique figuier, plein d’oiseaux, la journée, et d’énormes chauves-souris, la nuit. (Les plus grosses chauves-souris du monde seraient à Geelong !)
Et en prime, un grand trampoline (qui remplace le jumping pillow du camping) et la place pour faire un feu. Les soirées d’été australiennes sont chaudes, mais il ne faut pas oublier que les soirées au bord du feu sont une activité importante de la vie du backpacker :-D. Rien ne remplacera jamais un bon marshmallow grillé !

Notre nouvelle langue : l’anglais

Nous habitons avec un Australien, c’est aussi encore un peu plus d’immersion. Mark a un vrai accent australien ce qui ne rend pas toujours les choses faciles, mais il fait beaucoup d’efforts pour nous comprendre et se faire comprendre. On découvre malgré tout qu’entre l’anglais et l’australien, il y a un monde de différences…
Petit aperçu dans une vidéo assez bien faite qui montre comme ils peuvent manger leurs mots, les raccourcir…

On continue à travailler

Je suis toujours serveur au restaurant « Le parisien » et ça rapporte des sous. Les managers sont vraiment des gens qui prennent grand soin de leur personnel, mais le patron est un vrai Parisien (désolé, les gentils Parisiens, mais il est l’incarnation de tout ce qu’on raconte sur votre dos…) Un petit esprit (immigré, mais raciste… va comprendre la logique), qui pense que la France s’arrête aux frontières du 75 (Paris-centre), persuadé d’être l’unique détenteur de la vérité et bien décidé à la faire connaître à tout le monde. Il faut reconnaitre qu’il a un vrai un talent de businessman, mais ça ne le rend pas plus supportable…
Conseil pour les pvtistes de Geelong : Si tu cherches du travail, vas te présenter au parisien, c’est un super plan, ils engagent toujours. Tu comprendras vite pourquoi quand tu auras passé quelques après-midi avec le Jean Pol !
Le quart d’heure défouloir est donc passé (désolé il fallait que ça sorte :-D), je peux continuer.

Émilie, elle, travaille toujours à la plonge et se débrouille de mieux en mieux avec l’anglais. Au travail, ses collègues sont très expressifs (ce qui l’aide beaucoup à comprendre), elle discute souvent avec Mark et commence même à rêver en anglais. Elle ne veut pas encore l’admettre, mais elle commence à bien se débrouiller et à avoir des petites conversations avec les gens qu’on rencontre !

Les Pubs Australiens

vie-a-geelong015On a aussi testé… Ça ressemble à un resto classique, mais, heureusement qu’on n’était pas tout seul. On a beau être depuis 3 mois en Australie, il y a encore des choses qui nous échappe 😉 Lorsque tu arrives, tu passes ta commande au comptoir. Tu repars avec un numéro au bout d’un bâton et le serveur finit par arriver avec ton plat… Quand tu as finis, on te débarrasse mais si tu as soif, tu te lèves et tu vas chercher ta bière au bar, comme un grand ! La notion de service comme on la connaît chez nous est très très différente…
Au niveau des plats, c’est gras ! ! On trouve principalement des fish and chips (poisson pané frit avec des frites), des parmigiana (bœuf ou poulet enrobé de chapelure avec du jambon, de la sauce tomate et du fromage grillé par dessus) ou des burgers…
C’est très bon, mais ça colle au corps !

Concert en Australie

vie-a-geelong021Début février, on a testé les salles de concert australiennes, on est allé voir Mahala Barnes and the Soulmates avec Joe Bonamassa, à Melbourne. Ça faisait longtemps que je voulais voir Bonamassa (pour moi, le meilleur bluesman contemporain !) donc c’est principalement pour le voir qu’on a pris les places. Pour finir, on a découvert que les Soulmates étaient aussi fantastiques. En plus de Joe, le guitar hero, Mahala a une voix vraiment extra, une énergie de dingue, le synthé est complètement barré (il a une grande tige de métal qui lui permet de faire des effets psychédéliques de fou) et les choristes était à tomber par terre. Et comme si ce n’était pas assez, pour finir le concert, le père de la chanteuse, Jimmy Barnes, un chanteur très connu en Australie avec une voix caverneuse rock’n roll à mort est venu rejoindre toute la troupe pour le dernier morceau ! De la pure folie aux airs de bœuf ! !
Le morceau officiel de Joe et Mahala, ici :

Et après…

Voilà notre vie après 3 mois en Australie, nous avons rencontré plein de chouettes personnes. Nous sommes encore dépaysés, tous les jours, par une foule de petits détails. Il y en a tellement qu’on n’arriverait pas à tous vous les raconter…
On commence à mettre au point nos projets de voyage. En fait, on commence même à être vraiment impatients de reprendre la route. Le vaste continent australien nous appelle et je me dis de plus en plus qu’un an pour faire le tour, ça sera court… (Émilie n’en est pour l’instant pas persuadée…)
Mais du coup, il va aussi falloir penser à nos 88 jours de ferme (conditions pour prolonger le visa) alors que mes 31 ans approchent à grands pas…
Cela dit, le compte en banque monte petit à petit. Il faudra attendre encore un peu, mais on sent que le moment s’approche ! Tout ça promet encore beaucoup d’aventures…
En attendant, pour nous aider à patienter, on fait des plans pour réaménager le van… Ça, ça sera très bientôt ! !

Ah oui, on fait toujours des photos aussi 😉

Si tu aimes nos conseils et nos histoires, et que tu veux être sûr de ne pas les rater, abonne-toi à la newsletter, like notre page Facebook ou suis-nous sur Google+.
Et si en plus, tu veux nous aider à faire évoluer le blog et nous motiver, commente l’article et partage avec tes amis !

ENJOY ! !

 

Notre aventure te plait ?
Abonne-toi à nos réseaux sociaux !