Road trip Australie Great Ocean Road GOR Bells Beach Torquay

Visiter Torquay, la capitale australienne du surf, avec son musée international du surf, ses écoles de surf, les magasins d’usine Quicksilver, Rip Curl, sa compétition internationale de… surf.
Si tu aimes glisser sur la vague, tu ne peux pas manquer Torquay.

Tu l’auras compris, on est bien dans la ville du surf par excellence. Situé à une heure de Melbourne, c’est la première étape de notre road trip sur la Great Ocean Road.
Torquay n’est pas grand. En te promenant dans ses restaurants, dans ses magasins ou sur ses plages, tu comprendras vite qu’ici, on mange, on boit et on rêve le surf à l’australienne…

Le musée national du Surf de Torquay

Pour 12 $/adulte, il contient une collection intéressante de planches de surf, mais aussi des expériences ludiques et interactives pour en apprendre un peu plus sur le matériel et la science de ce sport.
Mention très bien pour le magasin de souvenir du musée, dans lequel les employés ne sont pas juste des vendeurs, mais de vrais passionnés.

Surfer à Torquay

Les choix pour louer ta planche et ta combinaison sont presque aussi nombreux que les vagues. Ici, ce ne sont pas, non plus, les écoles de surf qui manque !

L’école de surf la moins cher qu’on ait trouvé : la Torquay Surf Academy, sur Bells street. Les 2 heures de leçon ne coutent que 50 $ (35e)/personne (mars 2015) et le patron est très accueillant.

Si tu veux surfer à Torquay, choisis bien le moment auquel tu viendras. Les hivers sont très frais, ce qui n’est pas le mieux pour débuter…
entre le mois de décembre et le mois d’avril, tu t’assureras une météo plus clémente pour attendre la bonne vague, sur ta planche, au large. 😉

 

Les magasins d’usines Rip Curl et Quicksilver

C’est à Torquay que sont apparues les marques Rip Curl et Quicksilver. Ils n’y produisent plus de vêtement, mais il reste des magasins d’usine (outlet factory en anglais). Ils font tout le matériel pour le surf, mais aussi des habits. C’est vraiment un plan génial pour faire de bonnes affaires pas chères. Et encore plus pendant la Rip Curl Pro en avril.
Nous n’étions pas riches (généralement, les globe-trotters ne le sont pas), mais j’ai quand même acheté un jean quand j’ai vu qu’il était à moins de 30 $ (20e) !

Les magasins d’usines de Rip Curl, Quicksilver, Billabong, Roxy, Rojo et bien d’autres sont sur Baines Crescent, perpendiculaire de la Surf Coast highway. Ce sont de vraies mines à bonnes affaires.

Le centre-ville de Torquay

Tu trouveras tout ce dont tu as besoin dans le centre-ville : un Woolworth, des magasins en tout genre et quelques restaurants. Les tarifs ne sont pas les moins chers d’Australie, mais une bière (ou un café) fait toujours du bien après une séance de surf ou avant de reprendre la route pour la Great Ocean Road… 😉

Le Nightjar festival, marche nocturne de Torquay

Les jeudis soir de janvier, Torquay s’anime au son du Nightjar festival, un petit festival d’artistes indépendants… Le concept est un peu différent de ce qu’on connait en Europe. La version australienne est plus familiale…

La plaine est divisée en deux. D’un côté, tu profites de la musique et tu te nourris et de l’autre, tu bois ta bière. Je ne te cacherais pas que j’ai surtout passé mon temps à discuter dans la seconde partie… 😉

Le Nightjar festival se trouve à l’extrémité de Bells street opposée à la plage, les jeudis soir du mois de janvier. L’entrée coute 15 $.

La Bells Beach

La Bells Beach et ses vagues mythiques se trouvent à quelques kilomètres de Torquay vers Aireys Inlet.
La compétition annuelle de Rip Curl a probablement aidé à la réputation de cette plage.
À l’origine, elle n’était pas accessible, ou très difficilement. C’est un fermier du coin qui aurait loué un bulldozer pour créer un passage vers son spot de surf favori.

La seule chose à en dire, c’est qu’elle mérite sa réputation, les vagues y sont vraiment impressionnantes. Elles se fracassent sur la plage avec une force incroyable et se retirent avec une puissance fantastique. Ce n’est surement pas ici qu’on mettra les pieds dans l’eau.

Le champ d’en face est aussi un endroit idéal pour croiser une foule de kangourous. Pour nous, c’était les premiers… 😉
Savais-tu qu’une légende de globe-trotter australien dit que si le premier kangourou que tu vois est vivant, c’est un bon signe pour ton road trip en Australie. S’il est mort, par contre, ça ne présage rien de bon !

 

ENJOY ! !