Les routes du Victoria
Temp de lecture approximatif : 3 minutes et 24 secondes

Nous avons parcouru de nombreux kilomètres dans les terres du Victoria. Loin des paysages européens verdoyants (et pluvieux), le bush australien, c’est de longues routes et des villages reculés. Voici une description, en mots et en photos de nos premières impressions des routes de l’Australie, dans le Victoria.


Dans un premier temps, nous sommes restés sur la côte du Victoria et ses magnifiques plages. Mais voyager en Australie, c’est aussi, et surtout, de longues routes qui traversent l’intérieur du pays. Pour nous rendre dans la ville de Ballarat ou encore dans la chaine de montagnes des Grampians, nous nous sommes aventurés sur les routes du bush australien. Il faut le dire, ces routes australiennes, pour les globe-trotters européens que nous sommes, c’est une aventure pleine de découvertes !

Les routes du bush australien :

Nous sommes fin mars, cela fait donc presque un mois que l’automne est là. Ici, les saisons commencent le 1 du mois.
Mais, sur les routes de l’Australie, les couleurs, autour de nous, tirent plus sur le jaune « sècheresse », que sur le brun rouge des feuilles flétries que l’on voit, en Europe.

Pour avoir un petit aperçu de notre road trip, imagine de longues (très longues) routes bordées de champs et de terrain jauni par le soleil. De temps en temps, de rares arbres offrent un peu d’ombre aux kangourous et autres animaux.

Et lorsqu’on regarde derrière nous, c’est surtout la poussière soulevée par les roues du van qu’on voit tournoyer dans les rétroviseurs. Çà et là, il y a même de petites tornades de sable qui s’élèvent dans les airs.
Les routes australiennes du Victoria, c’est presque un paysage du Far West américain.

Heureusement, les routes du bush australien sont en bon état. On pourrait les comparer aux routes départementales françaises dans des régions un peu reculées… Quelques trous et fissures, mais rien de comparable aux autoroutes belges.

Il y a peu de voitures, surtout de gros camions qui n’hésitent pas à nous doubler.
C’est agréable quand on est en vacances de se faire rappeler que d’autres travaillent.
Les camions sont longs, mais apparemment ce n’est encore rien comparé aux « long trains » du nord du pays.

Les champs et les fermes australiennes :

Le long des routes australiennes du Victoria, il y a des champs, surtout de céréales. Il y a aussi des prairies, surtout des vaches et quelques moutons. De temps en temps, il y a d’énormes silos à grain. Quelques fermes apparaissent de temps en temps, mais elles semblent peu nombreuses et surtout fort isolées.

Dans les champs, il y a d’énormes structures métalliques montées sur roulettes qui ont l’air de tourner en rond. Il y a des tuyaux qui pendent par dessous.
On comprendra, par la suite, que ce sont des systèmes d’arrosage.
Vu la couleur jaunie de certaines prairies, ces grosses machines ne sont pas superflues !

 Système d’arrosage australien depuis le ciel :

On voit, aussi, de temps en temps, des éoliennes types « petite maison dans la prairie ». Ce sont des pompes pour sortir l’eau du sol. Les plus jolies ne sont plus en activités, mais il en a aussi des plus modernes, qui tournent toujours, dans certaines prairies reculées.

Dans le bush, beaucoup de kangourous narguent le bétail en sautant d’un côté à l’autre des clôtures, certains sont gros et très impressionnants. Même si notre van à un pare-buffle, au cas où ces rencontres tourneraient mal, et qu’on les suppose assez intelligents pour ne pas se jeter sous nos roues, on ne peut pas s’empêcher de ralentir lorsqu’on les croise.

Les petites villes du bush australien :

De temps en temps, il y a un petit village au milieu du bush, mais plus on avance dans l’intérieur des terres australiennes, plus ils semblent espacés.
Nous découvrons une notion de « ville » très différente de ce qu’on connait.
Parfois, ce qui est indiqué comme une « ville », sur la carte, se limite à une rue principale avec quelques commerces. Typiquement, une pompe à essence, un garagiste et un pub.
Parfois, on trouve aussi un supermarché, mais ce n’est pas toujours le cas. Le pub peut donc vendre de la bière, mais aussi de l’essence, des aliments de base, des fruits et quelques légumes (hors de prix).
On dirait que dans le bush australien, on appelle, un village, une « ville », dès qu’il compte plus qu’un pub dans LA rue principale… 😀

Mieux vaut se renseigner sur les points de ravitaillement avant de prendre la route en Australie, ou être certains d’avoir assez d’essence et d’eau, pour arriver à destination.

Alors, tu pensais que ça ressemblait à ça un voyage en Australie ? Qu’imaginais-tu de la route australienne ?
Raconte-le-nous en commentaire !

ENJOY ! !

Notre aventure te plait ?
Abonne-toi à nos réseaux sociaux !