première expérience de surf à Torquay Victoria Great Ocean Road

Le Surf est une véritable institution en Australie et il fallait absolument qu’on essaye. Si tu aimes la mer, les vagues, la glisse et que tu n’as jamais essayé le surf, voilà quelques infos qui pourraient t’intéresser !

Pour nous, venir en Australie et ne pas essayer le surf, c’était comme acheter une tarte à la viande et ne manger que la pâte feuilletée (une autre spécialité australienne)…
Le surf en Australie, c’est aussi ses surfeurs : ces apollons musclés, au teint mat, les longs cheveux mouillés, la planche sous le bras et leur combi Volkswagen sur la plage.
Tu kiffes mademoiselle ? Sois rassurée, il y en aura aussi… 🙂
Par contre, tu comprendras vite que, surfer sur la vague, ce n’est pas si facile que ça…

Prendre une leçon de surf ou pas ?

Nous avions prévu de tenter l’expérience, mais ce n’est qu’après le musée international du surf de Torquay qu’on a vraiment commencé à y penser.
Nous étions partagés entre prendre une leçon ou essayer par nous-mêmes…
Les employés du magasin de souvenir n’étaient pas que des simples vendeurs, mais aussi très intéressés de partager leur science du surf.
La majorité d’entre eux étaient plutôt d’avis d’essayer par soi-même. À les entendre, prendre la vague est d’une simplicité déconcertante.
Et de toute façon, c’est avec la pratique que tu deviens un surfeur.
En affirmant ça, ils oubliaient qu’ils n’étaient plus débutants depuis longtemps. 😀
Ils ne nous ont pas vraiment persuadés…
Le lendemain, nous avons donc choisi de prendre un cours avec un vrai professeur de surf et même s’il ne nous a pas appris grand-chose, il nous a montré les bases indispensables.
Un ami un peu pédagogue (que nous n’avions pas) aurait pu nous les montrer. Ce n’est vraiment pas grand-chose, 15 minutes sur la plage sont suffisantes, mais c’est la technique minimum pour ne pas trop galérer. Après, il reste à se lancer, le pratiquer et le sentir.
Je vais essayer de t’expliquer rapidement les étapes de notre « apprentissage »…

Apprendre le surf en Australie

Avant tout, si tu cherches une école de surf à Torquay, la Torquay Surf Academy, un peu plus à l’écart de la plage, sur Bells street, remporte haut la main le comparatif de prix
pour 2 heures : planche, combinaison et leçon c’est 50 $ (35euros)
la planche seule c’est 25 $ (17euros), avec la combinaison c’est 30 $ (20euros)
L’accueil y est vraiment agréable et ils partagent leurs locaux avec un café australien très sympa. Un super endroit pour faire de chouettes rencontres.

Première étape : la plage

Le surf à Torquay

La première chose à tester, c’est l’équilibre de ta planche. Il faut le sentir.
Tu commences donc par faire un tas de sable haut de 30 cm et tu y poses ta planche. Tu t’allonges en ne laissant que les pieds dépasser, les épaules approximativement à la moitié et tu essayes de te mettre debout sans te planter… Facile !

La seconde étape : les embruns

C’est parti pour surfer dans le jardin d’enfants. Tu sais, ces petites vagues juste après la plage qui mousse plus qu’elles ne roulent.
C’est l’endroit où tu remarques deux autres points importants pour surfer. Il faut choisir la bonne vague et le bon timing.
Le plus compliqué, c’est surtout d’anticiper pour savoir si la vague ne s’éteindra pas quelques secondes après que tu te sois lancé… Mais, tu es toujours proche de la plage, ça reste relativement facile !

Dernière étape : surfer au large

Une fois que tu as compris, c’est le moment d’essayer des vagues un peu plus grosses et surtout… (espérer) te lever. Ici, les choses se corsent vraiment.
Tu remarqueras vite que c’était plus facile sur le sable. Sur l’eau, il faut un peu plus de temps pour trouver son équilibre… Ça nous a pris un certain temps pour y arriver et ce n’est pas encore ça, mais on progresse à chaque séance et petit à petit, on joue de moins en moins à la machine à laver dans les vagues.
Et comme si ce petit tour de montagne russe ne te lessivait pas assez, après chaque essai manqué, il faut pagayer pour retourner au large…
Ça paraissait plus facile depuis la plage…
C’est sans doute pourquoi au musée du surf, ils disaient que c’est la pratique qui fait un surfeur ! 🙂

Les règles de bonne conduite du surf

code de conduite- première expérience de surf

Il n’y a pas une seule conduite à avoir, ce n’est pas le Code de la route. Cela dit, il y a certaines choses, sur lesquelles notre professeur a bien insisté, qu’il vaut mieux respecter si tu veux te faire des amis.
– Laisse la priorité aux locaux.
– Ne te lance pas sur une vague si quelqu’un y est déjà.
– Lorsque tu es sur la vague, fais attention aux gens qui pagayent.
– Inversement, lorsque tu pagayes, fais attention aux gens qui surfent.
– En fait, simplement soit respectueux et pense que tu n’es pas le seul sur la mer…
Tu remarqueras vite que lorsque tu débutes, sur des plages de débutant, c’est différent. 😉
Nous sommes retournés surfer plusieurs fois dans les mois qui ont suivi et franchement, quand tu débutes, c’est vraiment un sport masochiste.


Heureusement que la sensation sur la planche vaut la peine !
Mais, le plaisir, c’est aussi d’attendre les vagues, assis sur sa planche, au large, les pieds dans la chaude mer australienne et de penser que demain, on ira surfer à la Bells beach.
Émilie, c’est la partie qu’elle préférait…

Et le secret de Kevin, le prof de surf, c’est : « Viens quand il fait beau, pour t’amuser, sinon tu seras vite découragé ! »

Connaitre les vagues

Un dernier conseil : la taille et la vitesse des vagues ne sont jamais les mêmes.
Pour les connaitre et choisir les jours et les moments où tu vas surfer, Windguru nous a bien aidés. C’est un site très pratique. La vitesse des vagues, c’est la période en seconde. Plus elle est grande, plus les vagues sont rapides (il faut 10 ou 11 minimum). La taille des vagues est, elle, exprimée en mètre. Si tu es débutant, les vagues qui dépassent 1,5 m, c’est très amusant, mais c’est vraiment du sport ! Un peu comme si Poséidon te répétait sans cesse : « Tu es très sale, il faut qu’on te lave ». 🙂

Et, pour le plaisir, voilà quelques photos de « vrais » surfeurs…

Notre aventure te plait ?
Abonne-toi à nos réseaux sociaux !